Socio-esthetique

 

Laurence Manzano, socio-esthéticienne (L’Oréal - CODES)

 

Tous les lundis, l'esthéticienne, accompagnée d’un membre du personnel soignant, reçoit deux groupes de trois jeunes à l’atelier Maquillage. Un logiciel permet aux participants de se prendre en photo et de pratiquer un maquillage virtuel puis d’imprimer cette photographie. Ensuite ils peuvent passer à la pratique avec des produits de maquillage devant la glace. En restant toujours dans l’axe de travail établi, l’accent est mis sur la rencontre avec d’autres ateliers culturels et un partage des informations avec les soignants et éducateurs. La communication entre tous les intervenants permet une meilleure prise en charge et suivi du patient.


L’objectif de travail pour les jeunes filles anorexiques en hospitalisation longue est :

- d’abord prendre conscience de son corps

- puis faire le lien entre ce visage et ce corps

- et enfin, suite à la prise de poids, s’habituer à cette nouvelle image.

 

Pour d’autres patients l’objectif sera de se motiver en pratiquant l’auto maquillage et de travailler autour de l’estime de soi en retrouvant une bonne image de soi. Certains patients auront besoin de se poser, de se calmer ou de se structurer dans leurs actions avant de pouvoir s'occuper d'eux, de leur paraître et de leur être.

 
  • Se regarder, Patrick Gripe, 2010
  • Se maquiller, Patrick Gripe, 2010
  • Pinceaux, Patrick Gripe, 2010
  • Belle, Patrick Gripe, 2010
  • Danse esthétique, Patrick Gripe, 2010
 

Un questionnaire sur les habitudes de maquillage est remis en début d’atelier.

 

Une fiche maquillage pour noter les conseils est donnée à chaque adolescent.

 

Après chaque séance, l’accompagnant fait les transmissions relatives au comportement et au vécu des adolescents pendant l’atelier.

 

Une recherche sur l'efficacité de ces ateliers va être menée avec l'Unité 669 de l'INSERM (Anne Revah-Lévy, Marie Rose Moro et l'équipe des esthéticiennes avec le soutien de la Fondation L'Oréal).